AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ.

Partagez | 
 

 The Chamber. - Ewan & Eileen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Bloody Mary
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bloody Mary
Potins : 101
Atterrissage le : 31/01/2015


MessageSujet: The Chamber. - Ewan & Eileen   Lun 2 Fév - 23:35

Did I moved too fast?!
Eileen & Ewan
Du temps. Le Docteur Collins a dit qu’il fallait du temps avant de se remettre de ce qu’il vient de se passer dans la maison Roseburry. Il faut dire que je ne pouvais pas m’attendre à retrouver Kyrah… enfin, son sosie apparemment. Mon frère a vraiment les mêmes goûts que moi en matière de femmes, c’est assez perturbant. Je me sens mal, et en même temps, très jalouse.
Il la touche et je m’en doute qu’ils couchent ensemble. Ça me rend malade. Ça me fout en rage. J’imagine dans ma tête que c’est Kyrah. Parce que pour moi, c’est Kyrah. Ce n’est pas une jumelle. Je suis en train de me demander si la femme de mon frère et mon ex-amante ne sont pas la même personne, simplement une double vie qui a mal tournée.
J’ai besoin de respirer, de prendre l’air. Oublier Kyrah. Oublier Maxime. Oublier Lehyan. Simplement vivre ma vie. Je ne peux pas changer, ne pas vivre ma vie comme je l’ai toujours fait. C’est dans cette même soirée où j’ai revu Léo que je suis revenue. Quelques jours après, le videur me reconnait mais je n’entre pas tout de suite.
Une feuille, un filtre, un peu de tabac… un peu de Jane. Au bout de quelques secondes, je sens la nervosité de mon corps s’en aller. Je suis bien, juste ce qu’il faut. Je discute quelques minutes avec le videur, dandinant légèrement mon buste, mes hanches.
Je devrais faire le même boulot pour avoir des filles qui me font ça.
Je ris avec lui avant de finalement écraser mon joint contre le mur, le jeter dans la poubelle avant de m’enfuir dans la chaleur plus qu’agréable du West of the Moon. L’ambiance est à son comble à cette heure de la soirée. Je me faufile dans la foule pour commencer un verre de vodka avec un peu de citron pour faire passer le tout.
L’alcool me donne l’impression de me réchauffer alors qu’il refroidit encore plus mon corps. J’ai besoin d’une véritable chaleur, d’un corps vrai et sanguin. Mes yeux sont devenus des chasseurs. Une proie seule, pas forcément facile à séduire, je cherche la bonne compagnie.
Puis il y a cet homme là-bas, il semble bien accompagner avec cette fille. Je ne la connais pas. Je ne sais pas qui elle est mais je sais que je le veux lui. Il est beau, séduisant. Parfait pour ma soirée, en espérant qu’il me mènera jusqu’au bout de la nuit.
Mon verre terminé, je glisse tel un serpent dans la foule en ne quittant pas ma souris des yeux. La musique devient plus électrique, plus sensuelle. Je profite de la foule pour glisser lentement mes doigts dans ceux de cet homme. La jonction de mes doigts s’emmêle parfaitement avec sa main.
Je continue mon chemin et il se retrouve loin de cette blonde. Loin d’elle, près de moi. Je tourne la tête et capte son regard. Mes lèvres d’un rouge sang sourient à cet inconnu. Elles se tordent de désirs pour lui. Je continue mon chemin sans faire attention à l’autre blonde qui est dégoutée de mon vol. Finalement, ma course s’arrête à mon dos contre un poteau, à mon corps en sandwich entre lui et cet homme.
Je le dévore par des regards, caresse sa peau en glissant ma main sur sa gorge en remontant à sa barbe de quelques jours. Mes hanches collées aux siennes, ça donne envie. Mais pas tout de suite. Je ne suis pas si facile que ça. J’ai envie de m’amuser avant…
J’espère que lui aussi. Ma main descend à sa nuque pour le rapprocher de moi, mon souffle chaud torture avec sensualité son oreille : « Eileen, Enchantée. » Je repose ma tête contre le poteau, avec un petit rire, je traduisais avec amusement la situation. Kidnappé avec sensualité, je continuais mon rapt avec chaleur… en toute légèreté.




Wounds will be healed never totally.
Comment définir le réel ? Ce que tu ressens, vois, goûtes ou respires, ne sont rien que des impulsions électriques interprétées par ton cerveau.
Revenir en haut Aller en bas

Coffee Cup
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Coffee Cup
Potins : 145
Atterrissage le : 28/01/2015


MessageSujet: Re: The Chamber. - Ewan & Eileen   Mer 4 Fév - 12:14




   

Eileen & Ewan
Did I moved too fast?
Du temps. On avait tous besoin de temps. Du temps pour guérir ses blessures, pour que la plaie ancrée au plus profond de nous devienne une cicatrice. Plus belle à regarder. Chacun de nous possédait des cicatrices de ce genre. On oubliait jamais ses blessures de l'âme. On se devait de vivre avec. Et si chacun de nous avait un jour ou l'autre l'âme écorchée, si sur ce point on était tous pareils, il y avait un point sur lequel nous étions tous différents: la manière de guérir. La manière de gérer les situations difficiles. Alors que certains noyaient leurs problèmes dans l'alcool, la drogue, le sexe et toutes autres sortes de déviances, d'autres préféraient s'allonger sur un canapé noir, le regard fixant un point sur un mur blanc. Et parler. Parler jusqu'à y voir plus clair. Jusqu'à ce que le mal sorte. Pour ma part, je n'avais jamais mis les pieds dans un cabinet de psychologue et j'avais depuis longtemps banni les mots 'alcool' et 'bourré' de mon vocabulaire. La meilleure thérapie pour moi était le soutien de ma famille et de mes amis proches, même si je ne laissais que rarement percevoir mes séquelles. Voir le sourire d'Erin, sa force aussi. Parler pendant des heures. De tout et de rien. Surtout de rien. Et se laisser convaincre quelques fois de sortir. Sortir pour danser, pour s'amuser, pour oublier un instant que le lendemain, les blessures seraient toujours présentes. On oubliait jamais rien, on vivait avec.  
Une soirée de folie, dans un endroit branché de la ville. Telle était la proposition d'un de mes amis. Le plus fêtard de ceux que je connaissais d'ailleurs. Qu'avais-je à perdre? Je ne travaillais pas demain, j'avais donc tout le temps de récupérer d'un excès. Il ne m'avait pas fallu longtemps pour me décider. Après une douche bien fraîche, j'avais enfilé un pantalon de jean et une chemise bleue, faisant ressortir à merveille la couleur de mes yeux. La tenue était simple, sans aucune prétention. Je n'avais besoin de rien d'autre pour me sentir bien dans ma peau. Ou si, un peu de gel dans mes cheveux. Des cendres jonchant le sol. Un mégot finissait sa course contre les pavés, mon pied l'écrasant. Après un bref signe de tête au videur, que mon ami semblait connaître, nous nous enfoncions dans les sous-sols du club, via un grand escalier. Passé le rideau rouge, je n'avais plus vraiment de limite pour ce soir. Je m'étais dirigé vers le bar, avais commandé un soda. Juste de quoi me rafraîchir. Je voulais débuter la soirée calmement. L'alcool pouvait attendre avant de se propager lentement dans mes veines. Mon regard parcouru ensuite le lieu et je la vis. Grande, élancée, blonde. En un mot: belle. Alors que mon ami semblait déjà bien plus préoccupé par un groupe de jeunes femmes, je me dirigeais donc vers celle qui avait réussi à capter mon attention. Un sourire posé sur mes lèvres, j'entrais en contact avec elle. Elle ne semblait pas fermée à la discussion, ni même à la danse d'ailleurs puisque j'avais réussi quelques minutes plus tard à l'entraîner au milieu de la piste. Pour l'instant, je ne voyais qu'elle. Après tout, j'étais comme ça, pas du genre à courir deux femmes à la fois. Une seule pouvait me suffire. Surtout si elle était de bonne compagnie. Et cette belle blonde semblait parfaite.

Changement de musique. Plus électrique, plus sensuelle. Changement d'ambiance en somme. Rapprochement imminent. Mais alors que j'allais faire un pas vers la jolie blonde, je sentais des doigts se mêler aux miens. Instinctivement, je refermais ma main sur celle d'une autre et tournais mon regard vers la personne qui avait eu l'audace d'un tel acte. Brune, regard envoûtant, elle respirait la féminité et la confiance en elle. Et honnêtement, il aurait fallu être aveugle ou complètement fou pour la repousser. De toute façon, elle ne m'en avait pas laissé le temps, m'entraînant à l'autre bout de la pièce, loin de la belle blonde. Pris complètement au dépourvu, je n'avais émis aucune résistance, la laissant mener la danse. Jusqu'où irait-elle? Je ne le savais pas encore, alors, je la laissais faire. Simplement. Ce n'était pas tous les jours qu'on se faisait kidnapper par une belle demoiselle sous les yeux d'une autre. En fait, c'était même la première fois. J'étais donc curieux de voir comment les choses allaient évoluer. Pour l'instant, son regard avait capturé le mien. Elle me souriait et je lui avais rendu son sourire. Immédiatement. Elle semblait culotée, imprévisible, pleines d'intentions non catholiques. Charmante. Vraiment. Sa course improvisée s'arrêta quand son corps se posa contre un poteau. Le mien collé au sien. Je n'avais pas eu ce temps de garder une distance raisonnable et maintenant, je n'avais plus ce courage, ni cette envie de séparer mes hanches des siennes. Ses regards se faisaient insinuant. Si j'avais été une tablette de chocolat, elle m'aurait certainement dévorée sur place. Et ce n'était pas déplaisant comme idée, loin de là. Un nouveau sourire s'étirait sur mes lèvres alors qu'elle prenait l'initiative de caresser ma peau, ses doigts remontant de ma gorge à ma barbe de trois jours. Mon regard captait de nouveau le sien et je ne le lâchais plus. Je lui laissais prendre les initiatives, pour l'instant. Le chemin de sa main se dirigea vers ma nuque, son beau visage se rapprochait du mien. Elle savait faire monter le désir comme personne. « Eileen, Enchantée. », soufflait-elle sensuellement à mon oreille. Eileen. Un prénom que je n'étais pas prêt d'oublier. Elle reposait sa tête contre le poteau, riant. Et je ne pu m'empêcher de sourire une nouvelle fois. Ce moment était inattendu. Rafraîchissant. La tension était bien présente entre nos deux corps. Le désir aussi. Mais je n'étais pas un homme facile. Il m'en fallait plus. Et j'étais bien décidé à profiter de ce moment et de m'amuser un peu avec cette demoiselle, qui semblait, elle tout a fait prête pour ce genre de petit jeu. Mon regard bleu toujours dans le sien, je repoussais délicatement une mèche de ses cheveux. En un geste lent, sensuel, mes doigts se posèrent sur sa joue. Effleurement, caresse délicate. Je rapprochais une nouvelle fois mon visage du sien. Nos lèvres n'étaient à présent qu'à quelques millimètres. Quelques millimètres seulement. Elle pouvait certainement ressentir le souffle chaud. Ma main droite s'était posée sur sa nuque alors que la gauche avait attrapé sa taille, un peu plus fermement. Le désir était bien présent. Mais alors que j'aurais pu l'embrasser, je détournais la tête, remontant vers son oreille. 'Ewan. Ravi' lui murmurais-je avant de poser délicatement mes lèvres dans le bas de son cou, ma deuxième main quittant sa nuque pour glisser le long de son bras. Tout en sensualité.



   
(c) fiche:WILD BIRD & avatars: hollow bastion & cryingtoyourheart
Revenir en haut Aller en bas
 

The Chamber. - Ewan & Eileen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'Alternatif

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
always gold :: ayr city :: braehead :: west of the moon-