AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ.

Partagez | 
 

 Stop being cute if you're not gonna like me back. - Marlee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Tea Party
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tea Party
Potins : 140
Atterrissage le : 18/01/2015


MessageSujet: Stop being cute if you're not gonna like me back. - Marlee   Dim 25 Jan - 17:39



 
“ Marlee & Alec „

Stop being cute if you're not gonna like me back.

Tout en sifflant, Alec se promène plus qu'il ne travaille dans les couloirs de l'hôpital. Aujourd'hui il a autant de motivation qu'une moule échouée sur la plage, et si il n'avait pas de serpillère pour l'accompagner, on pourrait le prendre pour un type qui ne fait que se balader dans le coin. Ces derniers temps ça lui prend de plus en plus souvent de plus avoir envie de rien, si ce n'est faire la loque sur son lit devant la télé. Et pour être honnête, ça commence à l'inquiéter. Son job à l'hôpital il l'aime bien, c'est le premier qui lui plaise vraiment dans la longue liste qu'il a tenté depuis qu'il a lâché les études. Alors que ça commence à le désintéresser ça le fait doucement chier. Il a pas envie de voir la déception dans les yeux de ses parents lorsqu'il devra leur annoncer qu'il s'est fait virer, encore. Il a pas envie de devoir refaire des recherches pour se trouver un nouveau boulot, et recevoir réponses négatives, sur réponses négatives. Si encore il reçoit une réponse at all, parce que pour ça certains sont les champions ! Comme si c'était difficile de renvoyer une lettre type où on vous fait miroiter qu'on va garder votre dossier pour le jour une place se libèrera, alors qu'en fait il moisit déjà au fin fond de la poubelle. Enfin pour le moment Alec tente de se convaincre que c'est qu'un coup de mou. Que ça va lui passer. Que c'est sûrement dut à son traitement, ou parce qu'il commence doucement à en avoir marre de vivre chez papa et maman. Pas qu'il les aime pas, mais à vingt-quatre piges il aimerait bien pouvoir prendre son envol. Mais pour se faire faudrait qu'il garde son job, et qu'il continue à gagner de l'argent histoire de pas finir SDF au bout de deux mois.

Il évite de peu une petite dame, qui doit approcher de la centaine tant elle est rabougrie et ridée, limite si elle est pas chauve en plus ! Et s’arrête de siffler instantanément. Hop excusez-moi. Il fait un petit saut sur le coté pour laisser le passage libre pour le fossile vivant, et lui sort son plus grand sourire. C'est son truc ça; sourire aux gens qu'il croise dans ces couloirs sans raison particulière. Parce qu'il a trop l'habitude de voir des mines dévastées par les mauvaises nouvelles, des yeux rougis par les larmes, et des têtes baissées accablées par le chagrin. Y a pas de mal mon petit. Sa voix est chevrotante, son sourire pourtant radieux, digne d’une gamine de vingt ans. Il lui fait une petite courbette lorsqu’elle passe à coté de lui, et ça la fait rire alors qu’elle secoue la tête l’air de se dire que c’est un petit rigolo. Alec se dit qu’au moins elle a été heureuse l’espace de quelques secondes, et ça le satisfait. Même s’il ne fait pas son travail, au moins apporte-t-il un peu de bonheur aux gens. Pas sûr que son patron voie les choses de la même manière que lui, mais franchement ça lui est égal. Alec a décidé qu’il ne voulait plus se prendre la tête pour de petits détails, il a d’autres choses auxquelles pensait, bien plus graves. Sa maladie lui pèse de plus en plus. Il se sait sur la liste des dons d’organes, pas si mal placé d’ailleurs, mais il ne se fait pas trop d’illusion. Il sait très bien qu’on ne va pas l’appeler demain, ni dans une semaine. Mais étrangement, il n’en est pas défaitiste pour autant. Il se dit qu’il a encore le temps, que son état n’est pas si grave que ça. Qu’il doit sûrement y avoir des cas bien plus préoccupants que le sien. Comme celui de la petite Stacy, la petite blondinette qu’il voit tous les jeudis matin lorsqu’il se fait dialyser. Elle, elle y vient tous les deux jours, et bientôt le rythme va augmenter. C’est horrible, injuste, mais aux yeux d’Alec, Stacy ressemble a un cadavre ambulant. Trop petite, trop maigre, trop pâle. Alors Alec espère qu’elle aura un rein avant lui.

Il se remet à siffler, continuant son petit bonhomme de chemin au milieu des patients, et des visiteurs. Et lorsqu’il arrive vers le distributeur de café il se fige à quelques mètres. Sa main encore dans sa poche histoire d’y chercher quelques pièces afin de se payer une barre chocolatée au distributeur d’à coté. Il cliche des yeux, une fois, puis deux, puis trois, la bouche légèrement entre-ouverte comme un débile, avant qu’il percute la tête qu’il doit avoir et se reprenne. Le brun secoue  la tête, comme pour reconnecter ses idées entre elles, avant de faire un pas hésitant. Merde Alec, fais pas le con et prends ton courage à deux mains. Il a l’air plus décidé et s’avance vers la machine à café, et avant d’arriver à sa hauteur, dépose son balais contre le mur discrètement. Il s’essuie les mains sur son jeans et l’espace de la seconde qui s’écoule avant qu’il ne parle l’observe. Ça fait quoi ? au moins un an qu’il ne l’a plus vue. Enfin c’est pas comme s’il comptait, mais ça doit faire quelque chose comme ça en gros. Hey Sa voix est légèrement tremblante, et il s’en rend compte alors il se concentre un peu plus. Marlee, c’est ça ? Il accompagne ses paroles d’un petit signe de la main, un peu ridicule, mais il a toujours eu tendance à être expressif avec son corps autant qu’avec ses expressions faciales. Il remet ses lunettes en place, oui parce que ce matin il a eu la flemme de mettre ses lentilles, et là franchement il s'en veut. Merde, il a une tête de cul avec ces trucs sur le nez, c'était vraiment pas le jour pour avoir une tête de cul, vraiment pas ! T'es venue rendre visite à de la famille ? La question lui paraît déplacée à peine a-t-elle franchi la barrière de ses lèvres, mais c'est trop tard. Merde Alec tu fais le con là ! Ferme ta gueule et dégage de là avant de la faire fuir. Sauf qu'il bouge pas et reste planté là telle la plante verte. S'il était croyant il prierait pour qu'elle le prenne pas pour un fou échappé de l'aile psychiatrique.




 
Be soft. Do not let the world make you hard. Do not let the pain make you hate. Do not let the bitterness steal your sweetness. Take pride that even though the rest of the world may disagree, you still believe it to be a beautiful place.



Dernière édition par Alec O'Reilly le Sam 31 Jan - 10:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Hot Cocoa
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Hot Cocoa
Potins : 25
Atterrissage le : 18/01/2015


MessageSujet: Re: Stop being cute if you're not gonna like me back. - Marlee   Mer 28 Jan - 12:00

Y a pas que quand elle est nerveuse qu'elle agit comme une hystérique, à parler seule et à faire la conversation avec ses mains. La tristesse a le même effet sur elle, ainsi qu'à peu prés tout les moments ou elle sait plus trop ou se foutre. A la voir là, se plaindre du bout des lèvres et vaguement supplier la machine à café d'être clémente avec elle et de lui donner le foutu café qu'elle  a commandé il y a de ça deux petite minutes, on a du mal à la croire malheureuse, juste un peu louche. Elle a la bougeotte, reste pas franchement en place mais au moins ça l'occupe un peu, ça lui fait pas penser à ce que le doc lui a dit. Elle sait très bien que les heures de visites sont passées depuis des lustres, elle est pas là pour ça et elle sait qu'elle se ferait taper sur les doigts si le vieux monsieur coincé dans une chambre savait ça, mais elle peut pas s'en empêcher. Elle a promit de pas s’inquiéter, raconte des blagues et tente de le faire rire, mais au font elle trouve la plaisanterie un peu de mauvais goût. Ça commence à être débile, parce que Mr Lynch est même pas de sa famille, elle arrive même pas à l'appeler de son prénom, croit pas qu'elle le connaît au final mais depuis qu'elle bosse pour lui, elle fait que s’inquiéter. C'est un peu ce qu'elle fait tout le temps, se faire du soucis pour les gens, jamais pour elle et s'occuper des problèmes de la terre entière, du sauvetage des bébés phoques à l'autre bout de la terre pour pas s'auto questionner sur ses propres choix de vie. Elle sait pas trop ce qu'elle fout de sa peau et pour l'instant ça la fait pas autant flipper que les problèmes de cœur et la vieillesse de son patron.

Elle passe une main dans sa chevelure rousse, soupire un peu plus à elle même qu'autre chose et pose une main sur la machine. Au final elle peut tout aussi bien se tirer, passer à autre chose et se faire un café chez elle mais elle a pas trop envie de rentrer. Même si c'est pas l'endroit le plus festif de la terre et qu'elle aime pas trop les hôpitaux par principe, c'est toujours mieux que d'être toute seule. Marlee commence à secouer vaguement la machine, parce qu'elle a du voir ça dans une pub à la télé et que forcement c'est censé marcher. Mais avec sa force de mouche, la machine reste collée au sol et ne bouge pas d'un pouce. Qu'est ce qu'elle croyait qui allait se passer franchement ? Que le café allait commencer à couler à flot ? Ça aurait été bien sa veine parce qu'elle en aurait eu partout. - Bon, tu veux pas être sympa avec moi c'est ça ? Merci hein, pour rien surtout. C'est facile d'être une machine à café, t'es devenue hautaine pourquoi exactement ?  Non parce que c'est franchement pas la peine de se la péter tu … Et des pas prés d'elle lui coupe la chique. Super, déjà qu'elle a pas la réputation d'être la nana la plus saine de l'univers et qu'elle parle un poil pour rien dire, maintenant elle a des conversations super intéressante avec des machines à café pas super polie. Puis comme si ça suffit pas, la personne s'adresse à elle et le « hey » lancé de manière plutôt joviale la fait se retourner d'un coup sec, de l'autre côté, histoire de vérifié qu'il s'adresse à elle. Non parce que c'est possible que ce soit pas le cas, c'est le genre de nana qui répond à un coucou qui lui était pas adresser et s'affiche un bon coup d'habitude, alors ça l'a surprendrait pas si c'était pas le cas. Surtout que le type qui lui fait fasse, elle sait très bien qui c'est. Il lui a jamais vraiment adressé la parole, elle a l'impression de le faire fuir plus qu'autre chose. La seule fois que c'est arrivé, elle a du lui sortir un truc du style « hey mais t'étais pas gros avant ? » avec son tact légendaire et sa bouche qu'a pas de filtre, alors ça la choque même pas qu'il la déteste depuis. Puis elle entend son prénom, fais les yeux rond et repose le regard sur lui, parce que ouais, il lui parle à elle apparemment. Ou alors c'est son jumeau qui porte des lunettes, mais ça a pas de sens parce qu'il l'a connaîtrait sûrement pas. - Qui moi ? Tu t'es pas trompé de …. elle se coupe la parole elle même même, arrête les films qu'elle se fait deux secondes, et tente vaguement de reprendre contenance, sourire aux lèvres qui va avec. Pas vraiment, elle est pas de famille mais on a un conflit d’intérêt un peu compliqué. D'un coup de tête elle désigne la machine, espérant que ça l'a fasse pas passé pour une folle, parce qu'il a sûrement entendu sa discussion passionnante et elle secoue la tête, histoire de reprendre une conversation normale. En vrai, non. J'ai été rendre visite à un … ami ? Je crois. Elle a conscience que ses propos sont pas franchement cohérents mais c'est pas de la faute d'Alec, alors elle fait le truc qu'elle a toujours voulu faire, se plante devant lui, fais un bruit bizarre qu'est censé être une cassette qui rembobine mais qui tombe sûrement à plat avant de sourire à nouveau et de reprendre la parole. - Ça t’embête pas si on reprend à zéro ? Marlee, fleuriste, se fait escroquer par les machines à café de temps en temps et parle un peu trop. Et elle lui tend la main, parce que pour une raison bizarre elle s'en fiche d'habitude qu'on puisse pas la sentir, mais venant de lui ça la fait un peu chier.
Revenir en haut Aller en bas

Tea Party
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tea Party
Potins : 140
Atterrissage le : 18/01/2015


MessageSujet: Re: Stop being cute if you're not gonna like me back. - Marlee   Sam 31 Jan - 19:40



 
“ Marlee & Alec „

Stop being cute if you're not gonna like me back.

Il a l'impression que ses mains vont se transformer en cascade tant il transpire. Really ? S'il te plaît Alec tu vas te calmer, tu viens juste de lui dire hey, pas de lui faire ta demande en mariage ! Et puis c'est pas comme s'il venait de la choper en flag' de monologue avec la machine à café. Mais bon, il fait genre il a rien entendu, de toute façon ça serait bien son genre de féliciter une ampoule qui a sauté, sur sa longue vie de dur labeur comme si elle allait l'en remercier... Enfin tout ça pour dire qu'il est à la limite de la kiffer plus parce qu'elle parle aux objets inanimés. Bon, il en est pas non plus au point de s'imaginer tenir une conversation avec elle et une tasse à thé au coin du feu un dimanche après-midi... Qui moi ? Tu t'es pas trompé de … Aïe ça commence mal, il se sent un tout petit peu con sur le coup. Il sait qu'elle est un peu à coté de la plaque, mais y être confronté en direct live, ça lui fait un petit peu bizarre. Vous trompez pas, c'est pas un espèce de stalker psychopathe qui la mate la nuit quand elle dort, mais Marlee ça était quand même sa petite obsession secrète quand il était ado. Faut pas y voir un truc malsain ou quoi que ce soit, juste un crush, qu'il semble avoir trimballé depuis tout ce temps dans un recoin de sa caboche. Et puis il se détend quand elle commence à lui parler de la machine à café. Il rigole même à voir le flot de parole qu'elle débite à la minute. Et est en même temps impressionné, lui qui se pensait bavard, c'est rien du tout face à la jolie rousse ! Mais il reste surpris quand elle se met à imiter une cassette qu'on rembobine, comprenant pas trop le truc pour être tout à fait honnête. Ça t’embête pas si on reprend à zéro ? Marlee, fleuriste, se fait escroquer par les machines à café de temps en temps et parle un peu trop. Il comprend tout de suite mieux là. Alec s'essuie rapidement la main contre son jeans, avant de serrer la main de sa belle, lui servant un sourire chaleureux, mais contenu, histoire de pas passer pour un grand malade. Et il fait même hyper attention à la pression qu'il exerce sur sa main -si douce- pas trop pour pas lui écraser les phalanges, mais pas non plus pas assez pour pas passer pour un mollasson. C'est la première fois qu'il lui parle pour de vrai, et ça lui fait un peu tout bizarre. Comme un espèce de rêve qui se réaliser. Il se dit que c'est ce que doivent ressentir les gamins de 'Make a wish', sauf que Marlee est vachement plus sexy qu'un dauphin ! Enchanté Marlee la fleuriste qui parle un peu trop. Moi c'est Alec le brancardier qui murmurait à l'oreille des machines à café mal élevées. Il semble avoir repris un peu possession de lui-même, et flippe un peu moins. Il paraît même hyper à l'aise, alors que dans sa cage thoracique c'est clairement la débandade. Faut dire que la dernière, et accessoirement dernière fois, qu'il a tenté de lui parler elle a pas été très délicate avec lui. Même si elle lui a alors fait remarqué qu'elle savait qui il était, s'entendre dire Mais t'étais pas gros avant ? y a plus agréable quand même. Alors depuis, il a tenté de tirer un trait sur elle. Mais bon, un premier amour ça vous hante toujours. Et de la revoir là, ça l'a tout chamboulé sans qu'il y comprenne vraiment quelque chose. Enfin tout ça pour en revenir au brun qui se positionne face à la machine à café et plaque ses mains de chaque coté de celle-ci. Il jette un regard rapide du coté de Marlee, et lui fait un clin d’œil qui veut sûrement dire un truc du genre t'inquiètes poupée, je maîtrise la situation. Et d'où ça lui vient ce coté macho là tout à coup ?! Bref, Alec regarde la machine droit dans les yeux (?) les yeux plissés, à la manière des acteurs des films en noir et blanc de l'époque. Alors comme ça, on fait des misères à la demoiselle ? J'crois que toi et moi on va avoir un problème, alors t'as intérêt à lui servir son... Il se tourne vers Marlee attendant qu'elle lui indique ce qu'elle désire, avant de rapporter son attention sur l'appareil qui ne trésaille même pas face à ses menaces, et de répéter sa commande. Il glisse alors rapidement un billet dans la machine, et donne un coup d'épaule sur le coté droit. Et là, ô miracle, un gobelet tomber et le précieux liquide se met à couler. Voilà, je préfère ça ! Il termine enfin son petit manège de mâle alpha lorsqu'il tend son verre à Marlee, retrouvant son sourire habituel. Il est à la limite de lui faire une petite courbette, mais se retient de justesse. C'est pas le moment de se rendre plus ridicule qu'il ne l'est sûrement déjà... Il se racle la gorge et tend son bras en direction des sièges derrière elle. Tu veux t'assoir un moment, ou tu dois partir ? Il arrive tout juste à camoufler tous les espoirs qu'il a placé dans sa question.




 
Be soft. Do not let the world make you hard. Do not let the pain make you hate. Do not let the bitterness steal your sweetness. Take pride that even though the rest of the world may disagree, you still believe it to be a beautiful place.

Revenir en haut Aller en bas

Hot Cocoa
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Hot Cocoa
Potins : 25
Atterrissage le : 18/01/2015


MessageSujet: Re: Stop being cute if you're not gonna like me back. - Marlee   Dim 1 Fév - 20:04

Marlec
Stop being cute if you're not gonna like me back.
Elle est bien capable d'entamer une petite danse de la victoire parce qu'il a pas l'air de vouloir fuir, mais au lieu de passer encore un peu plus pour une timbrée, elle sert sa main à son tour et rigole un peu comme une idiote. Faut bien reconnaître ça à Alec, elle lui parle depuis deux minutes et demi et elle l'impression qu'elle est légère comme une feuille qui se fait trimbaler par le vent un peu farouche d'automne, ou comme si elle avait fumé un gros joint. Ce qu'elle a fait une fois et ce qui lui a pas franchement donné cette sensation, mais elle imagine que sur un tas d'autre gens, ça marche comme ça. S'il a l'impression qu'elle parle beaucoup, il a franchement rien vu. Mais son idée de remontage de temps en direct live a pas eu l'air de franchement lui déplaire, ou de le troubler plus que ça, y a des chances qu'il ne soit aussi pas net qu'elle et ça fait du bien. Elle est sociable dans son genre, un peu à l'ouest trop souvent, mais pas non plus vraiment douée pour communiquer et dire des trucs nets, parce qu'elle part souvent dans ses délires seules, imite les animaux de la campagne, ou tout un tas de son improbable quand elle est nerveuse et c'est sûrement ce qui passe pas, des fois. Elle se rend compte un peu tard qu'elle a encore la main dans la sienne, non pas que ça lui déplaise, mais elle sent vaguement ses joues devenir en accord avec la couleur de ses cheveux et si elle passait pour une folle deux secondes plus tôt, elle s'est transformée en cruche pas sortable. Elle se rend compte que ça commence à chauffer dans sa caboche et lâche la main d'alec, peut-être un peu trop vite. Elle sait plus quoi faire de sa peau alors elle sort les armes, ou du moins, sa langue bien trop pendue et en rajoute une couche dans le genre « je parle pour rien dire, mais j'assume » - Est-ce ce que t'es payé pour ça aussi ? Non parce que si c'est pas le cas, je pense qu'on devrait faire un film sur toi, genre ça marche bien quand c'est un truc sur les chevaux et là ça a franchement plus la classe. Attends, mais tu bosses ici en fait ? Je te jure, j'ai rien fait. C'est elle qu'a commencé à pas aimer, je l'ai pas cassé. Ouais c'est son genre de passer du coq à l'âne, en oubliant la poule et le reste de la basse-cour, sans vraiment s'en inquiéter. Faut s'accrocher bien fort pour arriver à la suivre, mais sur le moment pour elle, ça a du sens. Il est peut-être venu lui parler juste pour faire son boulot et éviter qu'une rouquine à la masse casse tout sur son passage. Ce qui la connaissant, ce serait fort possible. Et c'est plus probable comme trame d'histoire, vu comment il a tendance à la fuir d'habitude. Mais quand il se fout bizarrement à jouer le cowboy des temps moderne, elle se détend un chouilla. Peut-être qu'au final, il a rien contre elle et qu'elle s'est fait un des bandes-annonces, le film qui va avec et presque la suite dans sa tête. Puis c'est franchement pas la chose à faire, parce qu'elle le regarde avec les yeux ronds d'une gamine qui vient juste de croiser le père noël en bas des marches de chez elle. Elle le trouve carrément génial, et même s'il a sûrement pas fait un truc compliqué, elle est trop naïve pour pas penser que c'est pas de la magie pure et simple. Du bout du doigt, elle lui indique vaguement ce qu'elle veut, même s' elle est trop concentrée sur ce qu'il fiche pour vraiment porter attention à sa commande, finira sûrement pas se retrouver avec un truc qu'elle aime pas, mais c'est cool alors elle s'en fout un peu. Et comme si elle l'avait écouté et prit peur la machine débile verse se met enfin a sortir quelque chose de ses entrailles et elle attrape le gobelet qu'alec lui tend d'une main, avant de sauter un peu à son cou de l'autre sans vraiment s'en rendre compte. Ouais faut pas lui en vouloir, elle a des réactions pas contrôlées tout le temps et son côtés beaucoup trop tactile n'arrange pas les choses. - Tu peux rajouter sauveur de rouquine en détresse sur ton cv maintenant si tu veux. Merci. Elle se détache de lui, parce que quand même Marlee, tu vas te calmer. Tu pensais deux minutes avant qu'il pouvait pas te piffrer, t'en est sûrement toujours convaincue et maintenant tu lui saute dessus. Mais quand il l'invite à s'asseoir, elle peut pas s'empêcher de sourire. Hoche la tête avant trop vite et ouvre même la marche, non sans lancer un regard qui veut dire genre nananananere à la machine à café qu'en a pas grand chose à foutre. Elle prend place sur les sièges vides, porte le liquide à ses lèvres et grimace parce qu'effectivement, c'est pas ce qu'elle voulait et reprend la parole, sans filtre encore une fois. - Bon en vrai, ça consiste en quoi ton job ? Parce que si tu fais ça toute la journée, sauver la demoiselle en détresse et ce genre de trucs, tu dois avoir un milliard de groupies qui traînent ici et t'attendent pour t'arracher tes fringues à chaque coin de couloir. Qu'est ce qu'elle raconte encore, elle sait pas trop. Elle se rend compte beaucoup trop tard que ça a pas le caractère chaste que ça avait dans sa tête la court seconde où elle y a réfléchi et se mord la lèvre de façon mignonne et un peu conne avant de rajouter, ce qui l'enfonce sûrement encore plus – Non pas que je le ferai, enfin je veux pas dire par là qu'on a pas envie de t'arracher tes fringues mais je ... je vais me taire et boire. Ça sera mieux. Et ouais, effectivement, c'est mieux, même si c'est sûrement une courte pause, avant de recommencer de plus belle, parce que tu ne peux pas te taire plus de deux secondes.
code by Silver Lungs


Well you can fall for chains of silver
you can fall for chains of gold, you can fall for pretty strangers and the promises they hold. You promised me everything you promised me thick and thin. Yeah Now you just say oh Romeo yeah you know I used to have a scene with him - Dire Straits ©️ .bizzle
Revenir en haut Aller en bas

Tea Party
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tea Party
Potins : 140
Atterrissage le : 18/01/2015


MessageSujet: Re: Stop being cute if you're not gonna like me back. - Marlee   Jeu 5 Fév - 19:53



 
“ Marlee & Alec „

Stop being cute if you're not gonna like me back.

Est-ce ce que t'es payé pour ça aussi ? Non parce que si c'est pas le cas, je pense qu'on devrait faire un film sur toi, genre ça marche bien quand c'est un truc sur les chevaux et là ça a franchement plus la classe. Jusque là Alec la suit, très bien même. Et il aime bien son humour, qui semble lui venir naturellement. Elle parle comme elle pense, elle y réfléchit pas. Et ça, Alec ça lui plaît. Elle est pas là, à faire la bouche en cœur, à jouer avec ses cheveux, histoire de faire sa belle. Elle est juste Marlee. A tel point que tout à coup, Alec comprend plus trop de quoi elle peut bien lui parler. Attends, mais tu bosses ici en fait ? Je te jure, j'ai rien fait. C'est elle qu'a commencé à pas aimer, je l'ai pas cassé. Il met quelques secondes avant de capter de quoi elle cause. Faut dire que dans son cerveau ça a l'air de fusé, alors que dans celui d'Alec c'est un peu plus lent. C'est pas un débile non plus, mais le brun c'est un type tranquille la plupart du temps, alors des virages à 180° en plein milieu d'une conversation ça a de quoi le surprendre. J'suis sûr qu'elle a une dent contre les jolies filles. Finit-il par lui répondre, le plus naturellement possible. Ce genre de phrase ça lui vient tout seul, il y réfléchit pas. Mais quand ça a franchit la barrière de ses lèvres, Alec se sent comme un gros lourdeau. Pas que ça lui arrive en temps normal, mais c'est Marlee putain ! Et face à elle, il a un peu l'impression d'être à nouveau le petit gros de service, qui doit remonter ses lunettes toutes les deux minutes. Jalousie mal placée. Chuchote-t-il en cachant sa bouche de sa main, pour que la machine à café ne puisse pas lire sur ses lèvres. Son explication c'est juste une blague un peu conne, dans l'espoir de la faire rire, même si au fond, il a juste l'impression de creuser un peu plus profond. Enfin ça l'empêche pas ensuite de sortir le grand jeu, petit regard de brun ténébreux par-ci, jeu du parfait macho par-là. C'est pas du tout son genre, mais il joue la comédie, espérant qu'elle capte que dans la vie de tous les jours le binoclards qui lui tend son café est pas comme ça.

Enfin qu'elle le croie ou pas, ça a l'air d'avoir marché à la voir lui sauter au cou comme ça. Le type reste planté là comme un con, pris de cours. Et le temps qu'il capte que sa jolie rousse à son bras autour de sa nuque, elle n'y est déjà plus. Alec tu crains ! Il regrette tout de suite de pas avoir régi plus vite. Il regrette de pas avoir pu glisser sa main au creux de ses reins, ne serait-ce même que l'espace d'une seconde. Mais elle le coupe dans toutes ses reproches internes, et heureusement d'ailleurs, parce qu'un peu plus et il allait finir par se mettre à chialer. Tu peux rajouter sauveur de rouquine en détresse sur ton cv maintenant si tu veux. Merci Il lui sourit, faisant mine de pas du tout avoir loupé le coche et de s'en mordre les doigts jusque sang dans sa caboche. J'te mettrai dans mes références. Mais faudra dire que des trucs cools sur moi alors ! Il en rajoute une couche, parce qu'Alec des fois il sait pas trop quand il faut s'arrêter de parler. Mais en vrai, face à Marlee il passe presque pour un muet ! Alors elle devrait pas trop s'en formaliser. Ou tout du moins il l'espère, vraiment. Mais encore une fois quand elle accepte de s'asseoir avec lui, ça le rassure. Limite il a une bouffée de confiance en lui qui lui remonte des pieds jusqu'à la pointe des cheveux. Bon en vrai, ça consiste en quoi ton job ? Il s'apprête à répondre à sa question, mais il est coupé dans son élan, par le flot de paroles qui suivent sa question. Il peut pas s'empêcher d’écarquiller les yeux en l'écoutant parler autant. Ça le dérange pas, pas du tout même, il aime les gens qui parlent, même si c'est autant que Marlee. Enfin c'est surtout que ce soit Marlee qui lui parle, et qu'elle ne s'arrête plus, qui lui plaît. Et puis faut dire qu'au moment où elle balance un truc à la limite de la proposition pas du tout chaste, il se marre. De bon cœur, parce qu'il a capté que c'était pas trop ce qu'elle voulait dire. Et qu'elle a pas pensé avant de parler. Non pas que je le ferai, enfin je veux pas dire par là qu'on a pas envie de t'arracher tes fringues mais je ... je vais me taire et boire. Ça sera mieux. Et quand elle s'enfonce un peu plus, il se moque gentiment d'elle. Et ça lui prend quelques secondes à l'observer boire son café, pour apprécier le fait qu'elle a peut être potentiellement sous-entendu que ça la dérangerait pas de le déshabiller. Putain si elle savait à quel point, lui il aimerait lui enlever ses fringues, bon pas là tout de suite à la seconde. Mais plus tard, après un rendez-vous, ou même plus, définitivement plus. Parce que Marlee, c'est pas la fille qu'il a envie de se taper juste pour se la taper. Marlee il l'a eu dans la peau longtemps, et puis de la revoir là, de discuter avec elle, il a juste l'impression qu'elle y retrouve sa place. J'suis brancardier, de base. Mais j'fais aussi pas mal de conciergerie, histoire de me faire un peu plus d'argent. Il fait volontairement aucun commentaire sur la partie "arrachage de fringues", et répond de manière vachement moins intéressante, mais il voit pas trop comment il pourrait rendre le truc super palpitant. Rien de bien intéressant en somme. Mais j'aime bien, et puis ça me donne l'occasion de sauver des demoiselles en détresse. Merde Alec, joue pas à ton prince charmant de pacotille ! Les femmes sont plus comme ça aujourd'hui ! Il se reprend, bafouille un peu, et a l'air d'un con. Enfin, pas que t'aies forcément besoin de moi... enfin d'un mec, en général, pour te sauver. J'veux dire que, bah... je sais pas trop en faite. Mais pas que je pense que tu soies vraiment une demoiselle en détresse. Achevez-le ! Il détourne la tête, regarde au fond du couloir, se maudissant intérieurement. Replace ses lunettes sur son nez, frotte ses mains moites sur son jeans. Se traite de tous les noms dans sa tête, et puis la regarde à nouveau. Là, il a clairement en vie de lui balancer une excuse bidon pour se défiler, et aller se morfondre face à cette soudaine débâcle, mais en même temps, il a pas envie de lui laisser cette dernière impression de lui. Il a l'impression d'avoir fait des progrès, alors se barrer là-dessus ça serait genre avoir fait vingt pas en arrière ! On va faire comme si j'avais rien hein... Il a l'air de la supplier, et il s'imagine sa virilité s'envoler au loin, comme un peu trop souvent ces derniers temps... Et histoire de te faire oublier tout ça, qu'est-ce tu fais le weekend prochain ? OH MON DIEU est-ce qu'il vient bien de lui demander ce qu'il vient de lui demander ?! Il s'en est même pas rendu compte, c'est sorti tout seul, comme si Marlee lui déteignait dessus. Il panique l'espace d'une micro-seconde, et il enchaîne, sans même lui laisser le temps de répondre. Parce que sinon j'pourrais t'offrir un vrai café, pas un truc dégueu de cette foutue machine, qui clairement te porte pas dans son cœur. Une dernière petite dose d'humour, histoire de faire passer la pilule plus facilement. C'est un peu son truc ça. Et il peut pas s'empêcher de remonter ses lunettes, un tic dont il a pas forcément conscience, mais qui trahit malgré tout sa nervosité.




 
Be soft. Do not let the world make you hard. Do not let the pain make you hate. Do not let the bitterness steal your sweetness. Take pride that even though the rest of the world may disagree, you still believe it to be a beautiful place.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Stop being cute if you're not gonna like me back. - Marlee   

Revenir en haut Aller en bas
 

Stop being cute if you're not gonna like me back. - Marlee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» "Stop" pour son et musique
» *** [News] AMD stop les CPU ! ***
» decor stop motion
» Stop SMS Tel 603
» Connexion/Déconnexion wifi non-stop BBox sensation fibre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
always gold :: ayr city :: braehead :: hôpital-