AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ.

Partagez | 
 

 joaquin, el pintor.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité


MessageSujet: joaquin, el pintor.   Sam 24 Jan - 23:44






joaquin oscar reed
c'est à une demi-heure d'ici. j'y suis dans dix minutes.

these little things : Joaquin n’est pas qu’une gentille brebis. C’est aussi quelqu’un d’invivable, d’hyperactif et de jaloux en quelques occasions. Paradoxalement c’est quelqu’un qui revendique son indépendance. Autrement dit, il déteste se faire materner mais l’inverse ne le dérange pas. +

story of my life : Né à Édimbourg, fils d’une douce immigrée brésilienne et d’un gamin de la capitale mais surtout de la rue. + Le père de Joaquin décide de quitter la capitale pour s’installer à Ayr. Joaquin à huit ans, il habite désormais au-dessus du restaurant de son père. Un restaurant mal placé et malfamé qui fermera ses portes trois ans plus tard. + Sa mère ne l’accompagne pas à l’école, elle ne le ramène pas non plus. Les bleus sur son visage parle pour elle. + Clown de la classe et bon élève, Joaquin met un terme à ses études. Il ne pouvait pas financer celles-ci, ses parents non plus, son père ayant liquidé les économies de la famille dans son projet de restaurant. + Joaquin s’occupe comme il peut, il apprend la guitare et écume les bars de la ville et de la région. Il n’est pas spécialement doué, juste désespéré. + Il multiplie les jobs foireux, les plans foireux. Il couvre quelques trafics, il s’efforce de fermer les yeux dans un premier temps - avant de démissionner. Il devient caissier, groom, facteur, livreur, déménageur, peintre en bâtiment. Il touche une misère tous les mois. + Il tombe sur Murdag, la première femme de sa vie. Elle veut le changer, en faire sa chose, lui faire porter une satané cravate mais il s’en accommode. Il fait quelques efforts pour lui plaire, pour la garder surtout, il ne vit que dans la peur de la perdre un jour. + La deuxième année, elle lui apprend sa grossesse, la tête basse, le ton grave. Il n’a que vingt ans, il ne désire en aucun cas cette paternité forcée. + Loin d’abandonner la mère de son futur enfant, une petite fille en l'occurrence, il décide de l’accompagner durant toute sa grossesse. Le couple se dispute souvent, Joaquin se sent piégé, déjà. + L’année suivante, coincé chez ses beaux-parents avec un bébé sur les bras, Joaquin perd patience. Murdag lui réclame sans cesse du temps pour elle, découche. Il commence à la haïr et à la frapper, à s’excuser entre deux sanglots. Joaquin emmène sa fille chez ses parents, Murdag ne s’installera pas avec lui, elle portera juste plainte pour violences conjugales et, sans difficulté, obtiendra le droit de garde exclusive. + Il trouve ce chouette boulot, comme ambulancier. Il fait quelques formations. Sur la route, il frôle les 150km/h. + Il kidnappe sa fille à la sortie de l’école et entreprend de quitter le pays avant de se raviser. Il est condamné à deux mois de prison, il y passera trois jours en réalité (à attendre - en gros - le règlement de sa caution). + Après une énième rupture, il se décide à reprendre ses études en médecine, afin de voir de l’intérieur l’hôpital pour lequel il travaille habituellement.

NOM Reed. Ouais je sais, vous vous attendiez à un énième Fernandez. ◊  PRENOM(S) Joaquin, sans l'accent. Oscar, pour bien me rappeler que j'suis un vieux. ◊ LIEU ET DATE DE NAISSANCE Édimbourg, le 1 novembre. ◊ AGE Officiellement trente-cinq ans, officieusement quarante ans. ◊ OCCUPATION Oiseau de nuit. Ambulancier hyperactif, gamin. Vous savez quoi ? Le fou qui fait du 150km/h c'est moi. Le jour, il m'arrive aussi de suivre des cours à la faculté de médecine du coin. Généralement, je suis celui qui ronfle derrière son ordinateur. ◊ STATUT Ma mère a jeté l'éponge, ma fille aussi, je me suis fiancé à ma main droite le mois dernier. ◊ ORIENTATION SEXUELLE Jacqueline et Roland sont dans le même bateau. ◊ AVATAR Pedro Pascal. ◊ CRÉDITS Astoria (avatar, again), Pulp Fiction (si si la citation). ◊ GROUPE BLOODY MARY.



 




 
premier baiser : Je ne vais pas mentir, c’était pas un baiser chaste, c’était pas romantique. Non, c’était pas tout ça. Parce qu’à l’époque, j’étais un peu con, et un peu désuet aussi. À défaut de rouler des pelles je me prenais des râteaux. Bref, j’ai demandé à Ashley de m’embrasser et il l’a fait. C’était mon meilleur ami. Maintenant, il fait des numéros un peu bizarres en porte-jarretelles. Mais vous voyez, je ne vais pas me plaindre parce que c’était pas si mal dans le fond.

première cuite : J’étais pas curieux, je suis juste tombé comme ça, sur la piña colada, dans le frigidaire. Je ne cherchais pas particulièrement à boire, j’avais dix ans,  j’étais seul à la maison. Je peux même vous dire que j’ai bu à la bouteille, plusieurs gorgées. Je ne sentais pas spécialement le rhum, juste l’ananas et la noix de coco. J’en ai repris plusieurs fois, jusqu’à vider la bouteille et puis, naturellement, j’ai vomi toute la nuit.

première fois : Son prénom m’échappe mais le reste, je m’en souviens très bien. Les vertiges, le manque d’air, la honte et le passage quasi immédiat aux urgences. J’étais même paniqué à l’idée de me montrer en tenue d’Adam, là-bas. J’ai fait la moue plusieurs fois, devant deux ou trois infirmières. J’étais pas pudique non, je faisais une allergie au latex. Et pour le coup, c’était comme vous vous en doutez particulièrement gênant.  

premier amour : Elle est apparue comme un fantôme, au milieu de l’année 94 dans notre bande d’hommes presque virils mais surtout désabusés. Elle s’appelait Murdag et j’ai d’abord trouvé ça laid, comme prénom j’entends. Comble de l’ironie pour une beauté qui s'annonçait fatale - du moins pour ma gueule. La première année, j’ai été le plus heureux des hommes. La deuxième année, j’ai été le plus heureux des pères. La troisième année, j’étais à la rue (ou presque), cocu et avec une interdiction de l’approcher par dessus le marché.

première clope : Ma première clope je m’en souviens plus. J’ai arrêté de fumer il y a trois ans et pour tout vous dire, je m’arrache encore les poils avec ces patchs grotesques, ceux à la nicotine. Mais si vous savez, ceux qui coûtent un bras à la pharmacie. Je justifie généralement ça par mon boulot parce que le tabagisme passif c’est pas cool, oh non. Ma première clope je m’en souviens pas, ou plus très bien. Je devais avoir quinze ans, peut-être seize. Je me suis défoncé les poumons un bon coup, j’ai même toussé un bon quart d’heure - avant de recommencer.

première désillusion : La désillusion de voir le monde comme il est : capitaliste et immoral. De voir ces connards de conservateurs parler en mal des immigrés. De me faire constamment contrôler. De devoir faire l’impasse sur mes études à cause de l’argent. De voir ma mère trimer pour payer le loyer. D’avoir à couvrir les infidélités de mon père. D’avoir à me cacher pour voir ma fille, pour qu’elle sache que j’existe et que j’l’aime. De passer outre les lois pour boucler mes fins de mois.

pire bêtise : J’ai été suffisamment bête pour kidnapper ma fille et quitter le pays. Ouais, mon avocat aussi dit que j’ai rien dans le crâne mais j’ai pété les plombs. C’était plus fort que moi, j’ai été la retrouver à la sortie de l’école en lui disant que sa mère était d’accord. J’ai été lui acheter une glace et j’ai roulé, toute la nuit sans m’arrêter. Je ne voulais plus m’arrêter, je ne voulais pas la quitter et faire demi-tour. Alors oui, je suis totalement irresponsable mais j’aime cette gosse vous voulez quoi ?

endroit le plus cool où tu l'as fait : Au risque de vous donner un fort indice sur les pratiques sexuelles que j’affectionne et que je pratique (parfois) je vais répondre: dans un club échangiste. Voilà, comme ça vous savez, nous savons. C’est pas l’endroit le plus romantique au monde, évidemment, mais j’aime le faire à plusieurs. Avec des femmes, avec des hommes, avec des couples.

moment où t'as été le plus fier de toi-même : Quand j’ai tenu cette petite chose dans mes bras, la première fois. J’étais fou de joie, fier comme un prince. Elle me ressemblait un peu, pas énormément mais elle avait mes yeux. Et c’est niaiseux, je sais, mais il n’y a rien de plus intense à vivre sur cette putain de planète bleue.  

plus grand chagrin : Le jour où il m’a abandonné - pour incompatibilité. Parce que j’étais pas assez bien ou j’en sais rien. Parce que je suis cinglé et immature et que monsieur était tellement plus responsable que moi. Au point de filtrer mes appels téléphoniques, au point de me laisser, petit à petit, le détester. Mais ça c’était lui, l’amour et la haine, les deux à la fois. Le ciment de notre relation, le béton qui se laisse fissurer. Avec le recul, on se dit que c’était inévitable mais on ne va pas mieux pour autant, on continue juste à s'empiffrer de cochonneries.  

plus grand moment de honte : Le coup du latex mais je ne vais pas revenir là-dessus.  

 

 


un mois de l'année : Juin.
un bouquin : L'Utopie de Thomas More.
une citation : Il n’y a ni vérités, ni mensonges, juste des opinions. (12 Monkeys)
un animal : Un chat.
un élément : L'air.
une oeuvre d'art : David avec la tête de Goliath, Le Caravage.
une couleur : Le bleu.
un personnage historique : Alexandre le Grand.
un personnage de fiction : David Mills.
un film : Only Lovers Left Alive de Jim Jarmusch.
une chanson : Girls And Boys de Blur.
une boisson : La téquila.
un plat : Une salade de pâtes au saumon.
une période de l'histoire : Rome, l'Empire, Auguste, ect.
un âge idéal : 30 ans.
un alcool : La téquila.
une odeur : L'odeur des feutres effaçables.

 

 

j'aime : La new wave et ses enfants à la voix déchirée, possédée. Le son mélodieux mais discret des guitares. La mélancolie qui s’en dégage, la grisaille qui m’aide le vendredi soir. + La planche de surf. L’équilibre et la chute. L’eau salé, la vague et la confrontation, parfois la fuite. + M’habiller salement, à savoir en jogging, capuche vissée sur le crâne. + La peinture et l’art dans son ensemble. De Michel-Ange à Otto Dix, quelques pinceaux inspirés et des couleurs. Du sang, de l’or et l’océan. La vie, la mort. Le plaisir et la souffrance des corps sur la toile. + L’argent facile. + L’absence de mots, parfois. Quelques regards alambiqués. + Danser jusqu’au petit matin, ivre mais vivant. Danser sur toutes les pistes, n’importe quoi, exagérément. + Les vieux téléphones que je collectionne presque sans raison. + Les costumes des années 70. + L’humour noir et les blagues salaces. + L’odeur du bacon grillé, le matin. + Les tartes aux pommes, aux fruits, dont l’odeur, équivoque, me ramène à ma tendre enfance. + Les questions indiscrètes/qui fâchent. + Les jeux stupides, les jeux d’enfants. + Ne dépendre que de moi. + L’histoire des hommes, les sciences sociales. + L’univers enfantin de Wes Anderson et les anciens Batman. + Mes vieux vinyles de Led Zeppelin. + Sauver des vies, parfois, quand j’peux. + Mon chat, Ricky.

je déteste : Les concerts désertés, ceux qui se jouent à vide, dans les bars. Ceux qui poussent dans un sens pour te forcer à avancer. Ceux qui augmentent considérablement ta consommation d’alcool. + Les végétariens. + Les sportifs. + Les couples qui se bécotent 24h/24 et qui se donnent en spectacle. + L’humour de Graham Norton. + L’intolérance face à la différence. + Halloween, Noël, Pâques et toutes autres fêtes religieuses à la con. En effet, je suis un noble coeur non-croyant, bingo ! + Les effets de mode, qu’on me dise: « Ça mon coeur, c’est démodé, c’est à jeter. ». + Les journalistes qui vendent une pensée plus qu’une information. + Me dire qu’un jour je vais finir par être grand-père. + Les anglais que je trouve particulièrement prétentieux. + The Beatles. + Les comédies romantiques. + Avoir à éplucher les oignons, avoir à cuisiner pour faire simple. + Les randonnées, le contact avec la nature, le camping, ect. + Ceux qui, sans foi ni loi, prétendent détenir un pouvoir sur autrui. + Tomber par hasard sur une brique de lait avarié. + L’hiver, la neige et ses stupides flocons. + Avoir à garder des gosses. + La batte de baseball, j’en garde des mauvais souvenirs. + Les interdits. + Les crucifix accrochés au-dessus de certains lits. + Le fait que ce soit cool d’avoir une veste cloutée de nos jours.

 


5 qualités : Le premier truc à savoir sur moi c’est que je suis un drôle d’oiseau, qu’à mes côtés, l’ennui n’existe pas. Pour la plupart je suis un pitre, un clown. Pour les autres, je suis un type banal incompris. Pour mon père, je suis une mauvaise graine, il m’a rayé de son testament. J’aime faire rire et rire à mon tour, c’est un fait. Le rire est une arme et j’ai un don certain pour l’autodérision, pour le sarcasme mais surtout pour me foutre de la gueule du monde. Dans le fond, je suis encore peut-être encore un branleur de première mais j’ose prétendre à plus que ça. J’ai quarante n’est-ce pas ? La vérité, c’est qu’il m’arrive encore de rêver, rêveur, et je ne parle pas juste de s’endormir en fermant les yeux, paisible. Des projets, je peux en avoir cinquante sur le feu. Je suis hyperactif, j’aime toucher à tout. Je suis curieux et j’ai encore la soif d’apprendre, de poser une question à un professeur sans baisser les yeux. Je suis du genre à défiler dans la rue pour un oui ou pour un non. Je déteste les politiques, ceux qui décident de mon sort dans un costume trois pièces à 10 000 boules. Ouais j’aime revendiquer des trucs, j’ai un tas de trucs sur le coeur. Loin d’être un bagarreur, je privilégie la fuite. Je ne suis pas un gros bras, je suis un peu comme mon père avec un verre de trop, je préfère frapper les femmes que de me confronter à plus fort que moi. Du genre je suis bourré mais j’ai encore cette lucidité. Heureusement, ces épisodes ou incidents sont rares. Je le répète mais, je suis pas un sale type. Je suis juste imprévisible, même pour ma fille je suis un OVNI.  

5 défauts :  Après avoir joué brillamment le rôle du fils indigne me voilà dans la peau du père absent, dépassé par les évènements. Trop bon trop con, même, si vous voulez mon avis. Autant j’arrive à dire non à une femme, autant cette gamine - ma gamine donc - a le don pour me mener par le bout du nez. Je suppose qu’elle a ça dans le sang. Les mauvaises langues diront qu’elle tient ça de moi. Le gros point noir c’est que je ne suis pas très famille. Les grands repas c’est pas mon truc, les anniversaires non plus d’ailleurs, bien souvent j’oublie les dates. Je suis aussi un peu désinvolte, parfois, il m’arrive de conduire trop vite, de foutre la sirène de l’ambulance sans raison, juste pour doubler tous ces imbéciles heureux. Parfois, je critique aussi celles et ceux qui sont sur le brancard, dans les vapes. Je dis qu’ils sont moches et qu’ils sentent déjà la mort, après quoi je me fais taper sur les doigts. Les limites je ne les vois pas et c’est pourquoi je blesse par les mots qui sortent, sans prévenir et sans filtre de ma bouche. Avec les femmes comme avec les hommes, je suis maladroit. Je suis un vieux célibataire maintenant, je me suis adapté à ma vie, morne et monotone de loup solitaire.

maison de poudlard : Poufsouffle, parce que cette maison sert clairement à rien. Elle me ressemble un peu donc.

test de personnalité : Médiateur.

quel animal es-tu : Le nasique.




qu'est-ce que ton entourage dit de toi : Majoritairement, ils disent que je suis con et immature. Et le pire, selon eux, c'est que c'est même pas ma crise de la quarantaine qui veut ça.

phrases ou expressions que tu dis tout le temps : Je dis souvent « T’as vu la vierge combien de fois aujourd’hui ? ». Quand quelqu’un dit « Hein ? » je suis aussi l’abrutis qui dit « Deux. ». Et comme je suis un sale type un peu vulgaire, il m’arrive souvent de rajouter un « Comme ma bite. » mais il faut que la phrase de mon interlocuteur s’y prête sinon c’est pas drôle (et je le fais qu'avec mes proches parce que sinon voilà le malaise). Sinon, comme je deviens sourd je répète constamment « Quoi ? » en fronçant les sourcils. Quand je donne un surnom, généralement, c'est pour la vie, aussi.

qu'est-ce qu'on peut trouver sur ta table de nuit : Un livre, mes patchs à la nicotine, une tasse de thé mais vide, des brochures pour mes vacances, mon portables, des notes de cours, mon bipeur. J'ai aussi une sorte de dragon qui peut dégager de l'encens mais que je n'utilise jamais.

quel objet sauverais-tu s'il y avait un incendie chez toi : Je sacrifie mon ordinateur pour conserver l’essentiel: mon téléphone portable, l’album photo de ma vie et mon chat, Ricky. Bien sûr, j’enfile sur moi mon tee-shirt du Reading Festival, année 95.

de quoi as-tu le plus peur entre un serpent et le vide : J’aime bien les sensations fortes donc le vide ne me fait pas peur. En revanche, en admettant que ce serpent soit vénéneux, ouais non, je choisis le serpent à 3000%. Je tiens un minimum à mon semblant de vie.

qualités que tu aimes chez les autres : L’honnêteté, l'authenticité, le sens du partage, le sens de l’humour. J’aime celles et ceux qui, généreux, ne se prennent jamais la tête mais qui s’acharnent à donner un sens à la vie. J’aime ceux qui réfléchissent un minimum sans tomber dans la prétention. J’aime celles et ceux qui ne s’offusquent pas devant mes quelques penchants et (mauvaises) blagues « borderline(s) ».

tu organises un dîner entre trois célébrités de ton choix, vivantes ou mortes, tu choisis qui ? : Johnny Cash, Karl Marx et Bill Murray. (c’est n’importe quoi, hé oui !)

chose la plus stupide que tu aies jamais dite : « Crois-moi, désormais tout ira bien. » ou dans un autre registre « Tu penses que les poissons pètent sous l’eau ? Parce que je vois rarement des bulles à la surface moi. », « Tu vois Kevin Bacon dans Hollow Man ? Bah il porte le film sur ses épaules. », « C’est quoi Nicki Minaj ? », « Pourquoi les vaches ne s’assoient-elles pas ? », « Tu vois Ringo ? Bah c’est ça l’histoire de ma vie. »





Dernière édition par Joaquin Reed le Lun 26 Jan - 1:42, édité 44 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: joaquin, el pintor.   Sam 24 Jan - 23:44






somebody that i used to know
étranger, étranger, te souviens-tu de moi ?
Parle moi d'un étranger, un étranger que tu aurais aimé connaître, qui t'a marqué sans raison apparente. Le facteur ? Le boulanger de ta mère ? La cousin germain de ton oncle ? Le chat du voisin ? Pourquoi te souviens-tu de lui ? Nous ne demandons pas une rédaction entière de votre histoire sur le forum pour votre fiche, néanmoins nous vous proposons une petite mise en situation assez courte et plus fun que l'histoire à écrire pour juger votre niveau rp. De ce fait, pour répondre à cette question, nous demandons un minimum de 300 mots (le nombre de mots demandé sur le forum en rp), n'hésitez donc pas à développer la question au maximum.




pseudo :  meyrlansky. ◊ prénom : samantha. ◊ âge : 23ans. ◊ pays : la france. ◊ comment as-tu découvert le forum ? :  baz est mon ami. ◊ avis/suggestions : votre forum est "wow coule". comme un petit caillou brute, qui coupe, mais qu'on garde quand même précieusement dans sa poche parce que merde il est quand même magnifique ce caillou. (ouais je raconte des trucs weirdos parfois  28) ◊ type de personnage : inventé. ◊ crois-tu aux extraterrestres ? ABSOLUMENT, et même que je vis dans un bunker. ◊ dernier mot : mot.
Code:
<pris>pedro pascal</pris> ϟ [url=http://alwaysgold.1fr1.net/u104]joaquin reed[/url]


Dernière édition par Joaquin Reed le Sam 24 Jan - 23:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Ginger Smoothie
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ginger Smoothie
Potins : 454
Atterrissage le : 18/01/2015


MessageSujet: Re: joaquin, el pintor.   Sam 24 Jan - 23:47

pedro pascal, cet excellent choix, mon dieu 41 57 31 hâte d'en découvrir plus sur le personnage, j'aime déjà beaucoup le métier 3
bienvenue parmi nous 33


she'll take your heart but you won't feel it
she's like no other and I'm just trying to make you see. ✻ she's the kind of girl you dream of dream of keeping hold of you'd better forget it you'll never get it she will play around and leave you leave you and deceive you better forget it oh you'll regret it
Revenir en haut Aller en bas

Bloody Mary
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bloody Mary
Potins : 286
Atterrissage le : 07/01/2015


MessageSujet: Re: joaquin, el pintor.   Sam 24 Jan - 23:52

oh mon dieu, le choix 21 bienvenue sur le forum, hâte d'en découvrir plus sur ton personnage 3 en cas de questions, n'hésite pas et n'hésite pas (bawahaha la répétition trop moche Arrow) non plus à aller flooder et/ou à aller sur la cb pour te familiariser avec les membres 33 26



you're the one that i really want + Sometimes, you read a book and it fills you with this weird evangelical zeal, and you become convinced that the shattered world will never be put back together unless and until all living humans read the book. ◊ ◊ featuring lennox & kira
i never apologize but i really screwed up. sorry.
Revenir en haut Aller en bas

Tea Party
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tea Party
Potins : 309
Atterrissage le : 07/01/2015


MessageSujet: Re: joaquin, el pintor.   Sam 24 Jan - 23:59

39
C'est très bien de créditer Pulp Fiction ATTENDS. 83 Tiens, je te jette plein de confettis à la figure tellement que t'es cool. <- Je sais ça te donne une très bonne première image de la soumission à ma swagance des gens ici. Je suis horriblement, facilement fascinée par les persos, faut pas m'en vouloir. J'imagine aussi que ça aide si je dois éventuellement te stalker dans le futur. Un futur médecin ambulancier ? ('naise je fais aussi des répétions àlakon) C'est carrément une bonne idée 44 et je m'attendais à Joaquin Fernandez, pour être honnête 4, je suis déçue, là é__è. Plein d'inspiration pour toi depuis mon totem ! Tu harcèles, si questions, c'est gratuit avec du chocolat en bonus yep.



YOU, CAN'T TAKE MY EYES OFF YOU.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: joaquin, el pintor.   Dim 25 Jan - 0:14

merci, vous êtes 3 amours oh lala. 5 j'avais peur de prendre un vieux en plus mais j'ai craqué quand même. 28
pulp fiction c'est la base mais la vie c'est quand même reservoir dogs.  8 sinon t'es pardonnée parce que je vis dans la souffrance de pas connaître tous vos personnages. mais je vais me rattraper soon parce que je dois faire mon trou pour mes confettis.  28 fin' c'est plus un chauffard ambulancier sans trop de qualifications qui veut devenir un vrai médecin. (sauf que c'est pas gagné 28)
j'espère que mon personnage plaira, j'espère aussi ne pas passer trop de temps sur la CB surtout. (j'ai aussi une fiche à finir 14)
(sinon votre accueil est top, 1000 bisous 29)
(conformément à notre comité de relecture, hernandez est remplacé par fernandez 28)
Revenir en haut Aller en bas

Tea Party
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tea Party
Potins : 110
Atterrissage le : 17/01/2015


MessageSujet: Re: joaquin, el pintor.   Dim 25 Jan - 0:23

HOOOOO BORDEL PEDROOOOOOOOOOOOOOOOO 21 21 16 31 31 35 29 41 48 57 57 57 57 sois sûr que je viendrais quémander un lien de fifou parce que je l'aime trop ce type 48 39 26

j'aime le métier 29 hâte de lire plus 25 bienvenue et bon courage pour la suite 27



un peu comme un bateau qui trouve son équilibre entre les vagues et le chaos, un peu comme un bateau, j'avance et je suis fier de ce que porte mon dos. ▲ Indila, comme un bateau.
Revenir en haut Aller en bas

Tea Party
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tea Party
Potins : 140
Atterrissage le : 18/01/2015


MessageSujet: Re: joaquin, el pintor.   Dim 25 Jan - 1:08

Ton avatar, ton gif de profil, ton nom, ton métier et puis ça :
Joaquin Reed a écrit:
Maintenant, il fait des numéros un peu bizarres en porte-jarretelles.
JOTEM 20 Alec bossant aussi à l'hôpital, j'veux un lien wesh 40
Bienvenue parmi nous 66




 
Be soft. Do not let the world make you hard. Do not let the pain make you hate. Do not let the bitterness steal your sweetness. Take pride that even though the rest of the world may disagree, you still believe it to be a beautiful place.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: joaquin, el pintor.   Dim 25 Jan - 1:18

ANH, merci vous êtes au top. moi aussi je veux des liens avec vous deux. 29 (btw, si vous ne venez pas à rome, rome viendra à vous 8 I love you)
(vous avez tous des avatars wtf, je me demande pourquoi 28 - même si j'aime 27)
AH ! Toi aussi tu en portes ? FINALLY ! 28 28 (ok je sors)
si tu bosses à l'hôpital c'est encore mieux dude, on va se trouver un truc aux petits oignons. 31
Revenir en haut Aller en bas

Coffee Cup
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Coffee Cup
Potins : 583
Atterrissage le : 05/01/2015


MessageSujet: Re: joaquin, el pintor.   Dim 25 Jan - 2:10

okaaaay, j'crois que je suis la seule à ne pas connaître le vava 4 ... "nom: Reed. Ouais je sais, vous vous attendiez à un énième Fernandez." mais pas du touuuut 7 bref, ton perso à l'air de promettre graaave ne serait-ce que par rapport à son statut 84 j'ai hâte d'en savoir plus alors je te souhaite bienvenue sur le forum et bon courage pour ta fiiiiche ! et comme l'a si bien dit Lennox : N’HÉSITE PAS ! (mp, flood, toussatoussa) 26


Can you see that ? I'm nothing without you.
Je hais ta façon de me parler, et la couleur de tes cheveux. Je hais ta façon de conduire et de me regarder dans les yeux. Je hais ce que tu devines en moi. Je te hais au point d’en crever et même de te tuer parfois. Je hais ta façon d’avoir raison, tes histoires inventées. Je te hais quand tu me fais rire, d’avantage quand tu me fais pleurer. Je te hais quand tu n’es pas là et que tu es dieu sait où. Mais je hais surtout de ne pas te haïr. Ni un seul instant. Ni une seule minute. Ni même du tout.
Revenir en haut Aller en bas

Hot Cocoa
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Hot Cocoa
Potins : 187
Atterrissage le : 18/01/2015


MessageSujet: Re: joaquin, el pintor.   Dim 25 Jan - 3:16

Je connais pas ton Monsieur, cela dit, welcome here et fighting pour ta fiche !



✻ if you come with me don't fall behind with the horizon in sight ✻

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: joaquin, el pintor.   Dim 25 Jan - 4:52

merci à tous les deux. 12 bah la preuve que non joe, tu n'es pas seule. 28 mais si tu regardes pas got tu es pardonnée, voilà. 38 oui oui, mon statut envoie du lourd, enfin presque. 28
merci beaucoup, je retourne à ma fiche. 8
Revenir en haut Aller en bas

Tea Party
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tea Party
Potins : 125
Atterrissage le : 17/01/2015


MessageSujet: Re: joaquin, el pintor.   Dim 25 Jan - 9:29

pedro pascal 31 31 pedro pascal 31 31 pedro pascal 31 31 pedro pascal 31 31
excellent choix 41 41
bienvenuuue 3 3


Cause you and I, we were born to die
Don't make me sad, don't make me cry Sometimes love is not enough and the road gets tough I don't know why Keep making me laugh, Let's go get high The road is long, we carry on Try to have fun in the meantime Come and take a walk on the wild sideby lizzou.
Revenir en haut Aller en bas

Coffee Cup
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Coffee Cup
Potins : 145
Atterrissage le : 17/01/2015


MessageSujet: Re: joaquin, el pintor.   Dim 25 Jan - 10:16

Ton personnage a l'air sympa ^^

Bon courage pour ler este de ta présentation et surtout bienvenue par ici !



la mode passe, le style reste
Quand je crée un vêtement, je pense à quelqu’un qui est dans une mauvaise passe de sa vie. Peut-être qu’elle est triste, qu’elle se réveille et enfile quelque chose que j’ai fait, et que ça va juste un petit peu mieux. Dans ce sens, la mode est une petite aide dans la vie d’une personne. Mais juste une petite.
Revenir en haut Aller en bas

Hot Cocoa
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Hot Cocoa
Potins : 439
Atterrissage le : 18/01/2015


MessageSujet: Re: joaquin, el pintor.   Dim 25 Jan - 10:47

biieennnvenueee & bonne chance pour ta fiche !!!! je ne connaissais pas ton avatar mais je suis bien heureuse de le connaître maintenant !! hâte de voir ce que tu vas faire !! 3 31 26



Capitaine de mon âme
Don't tell me that I'm wrong. I've walked that road before. I left you on your own. And please believe them when they say. That it's left for yesterday. And the records that I've played. Please forgive me for all I've done
Revenir en haut Aller en bas

Ginger Smoothie
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ginger Smoothie
Potins : 230
Atterrissage le : 17/01/2015


MessageSujet: Re: joaquin, el pintor.   Dim 25 Jan - 11:03

j'adore ton pseudo ! 29 bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche, beau gosse.


love is weird
I miss the one that you were. But the one that you've become, i hate her. She's not you. And I liked you so much, what a waste of time. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas

Bloody Mary
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bloody Mary
Potins : 106
Atterrissage le : 21/01/2015


MessageSujet: Re: joaquin, el pintor.   Dim 25 Jan - 13:44

Ce personnage a l'air de dépoter grave !! 31 35 29 Hâte d'en découvrir plus 3
Ouais, je fangirlise à mort mais voilà quoi 41


Quand les souvenir s'en mêlent, les larmes me viennent et le chant des sirènes me replonge en hiver. Oh mélancolie cruelle, harmonie fluette, euphorie solitaire. (⚡️) le chant des sirènes.
a mermaid's heart is the deepest
Revenir en haut Aller en bas

Coffee Cup
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Coffee Cup
Potins : 174
Atterrissage le : 17/01/2015


MessageSujet: Re: joaquin, el pintor.   Dim 25 Jan - 13:48

J'ai trop hâte d'en savoir plus sur ton personnage 23 il m'intrigue trop! 45
Welcome 27


Félicité tu m'embrases et je fonds ✽
J'aime tes cheveux qui volent sous l'acropole.Le vent nous souffle des sensations qui viennent et s'en vont. Viens t'as la couleur de la nuit ça ce fait rare par ici. Tu dois savoir de tout te défendre comment plonger pour de bon. Vois comme se dessine de l'horizon l'échine.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: joaquin, el pintor.   Dim 25 Jan - 15:01

merci à vous tous. 26 26 26
je suis déjà fan de vos frimousses moi, en attendant d'en savoir plus. 14
Revenir en haut Aller en bas

Hot Cocoa
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Hot Cocoa
Potins : 169
Atterrissage le : 17/01/2015


MessageSujet: Re: joaquin, el pintor.   Dim 25 Jan - 16:00

le choix, l'âge, tout je t'aime I love you
bienvenue


"the trick is don't fall in love"
The more he smiled, the more I wanted to hate him, and yet it was the very thing that made hating him impossible.
Revenir en haut Aller en bas

Coffee Cup
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Coffee Cup
Potins : 583
Atterrissage le : 05/01/2015


MessageSujet: Re: joaquin, el pintor.   Sam 31 Jan - 0:19

Helloooooo 26 juste un petit message pour te prévenir que tu as jusqu'à ce soir, donc encore environ 24h pour terminer ta fiche. Si jamais tu as besoin d'un délai supplémentaire (de 3 jours), n'hésite pas à demander dans ce sujet 3 en espérant te voir parmi nous très vite dans le jeu 31


Can you see that ? I'm nothing without you.
Je hais ta façon de me parler, et la couleur de tes cheveux. Je hais ta façon de conduire et de me regarder dans les yeux. Je hais ce que tu devines en moi. Je te hais au point d’en crever et même de te tuer parfois. Je hais ta façon d’avoir raison, tes histoires inventées. Je te hais quand tu me fais rire, d’avantage quand tu me fais pleurer. Je te hais quand tu n’es pas là et que tu es dieu sait où. Mais je hais surtout de ne pas te haïr. Ni un seul instant. Ni une seule minute. Ni même du tout.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: joaquin, el pintor.   

Revenir en haut Aller en bas
 

joaquin, el pintor.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
always gold :: vieux grenier :: Corbeille :: fiches abandonnées-