AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ.

Partagez | 
 

 crack in our fondations ☾ india.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Petit Nouveau
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Petit Nouveau
Potins : 528
Atterrissage le : 02/01/2015


MessageSujet: crack in our fondations ☾ india.   Lun 19 Jan - 15:18




☾ my fingertips are holding on to the cracks in our fondations
and i know that i should let go, but i can't



Il ne se rendit compte que son genou s’agitait nerveusement que quand il décida de l’arrêter. Il posa son pied bien à plat sur le sol, et inspira. L’endroit sentait le pain chaud, la cire de bougie, et le vin. S’il ne se connaissait pas aussi bien, il aurait pu croire qu’il était nerveux. Pourtant, s’il était vrai qu’il avait plein de défauts, il n’avait en tout cas pas celui-là. A l’inverse, sa nonchalance était de loin sa première source de problèmes, et l’avait été depuis qu’il était en âge de n’en avoir rien à faire. Mais il s’agissait d’India, et dès qu’Isaac avait la brune en tête, les règles de la physique s’inversaient. Il n’était plus bien sûr de quoi faire, ni même qui être. Il attendait de la voir passer la porte, les doigts noués sur la table, levant les yeux dès qu’il entendait du bruit, espérant que ça soit elle. Elle répétait, et lui travaillait, raison pour laquelle ils s’étaient donnés rendez-vous directement au restaurant au lieu de venir la chercher chez elle, comme était pourtant leur habitude. Il aimait la voir tournoyer dans son appartement, laissant une traînée de parfum subtil et fleuri derrière elle lorsqu’elle venait lui ouvrir la porte. Il aimait l’observer rassembler ses affaires dans une série de mouvements gracieux de danseuse qui l’avaient enchantés dès le premier jour. Il aimait la voir dire au revoir dans un murmure à son chaton, dont même lui s’était entiché.

Il n’était venu qu’une fois au Chestnuts, et c’était avec India, justement. Au début de leur relation, quand ils continuaient à oser à peine se regarder dans les yeux, et qu’ils s’inquiétaient silencieusement de tomber sur des gens qu’ils connaissaient, comme s’ils voulaient garder leur relation clandestine. Maintenant, elle avait les deux pieds dans sa vie, et s’y était confortablement installée, avec son chaton, son port de tête et sa musique classique. Mais il y avait les non-dits, les problèmes, les disputes, les secrets, et pour en rajouter, il partageait désormais son appart avec son premier amour. C’était là toute la raison de sa présence ici, en avance, à attendre India. Car ils avaient besoin de se retrouver, loin des craquelures qui menaçaient leur relation, et également car Isaac n’avait pas assuré ces derniers temps – sauf que ces derniers temps, ça faisait presque un an. Trop perdu entre les différents compartiments de sa vie, qui avaient fini par se mélanger dangereusement, il avait préféré mettre de la distance entre eux, évitant tout autant de devoir affronter India que la tête rousse qui vivait chez lui. Et il n’en pouvait plus de devoir – DING ! Il leva les yeux, et cette fois, c’était elle. Les joues rosées par le froid de janvier écossais, cherchant discrètement des yeux où était Isaac, tandis qu’un serveur se précipitait vers elle pour la débarrasser de son manteau. Alors qu’il se levait, le sourire aux lèvres, pour l’accueillir, elle se tourna vers lui, faisant voler les mèches autour de ses joues et son visage s’illumina. Putain, qu’est-ce qu’elle est belle.

Une fois qu’elle fut près de lui, il passa une main autour de sa taille pour l’approcher vers lui, avant de lui déposer un baiser velouté de bonsoir sur les lèvres, légèrement timide, mais aussi passionné qu’il osait être dans un endroit comme celui-ci. Bien qu’il avait renoncé à la cravate, il avait tout de même enfilé une chemise et le blazer qu’Annie lui avait offert pour Noël, déclarant qu’il avait désespérément besoin de porter autre chose que ses innombrables pulls en mailles. "Tu es superbe." Déclara-t-il en l’observant, alors qu’ils s’asseyaient l’un en face de l’autre. "J’ai pris la table près de la fenêtre, mais si tu préfères, il reste des places dans l’autre pièce." L’autre pièce, c’était la salle au piano à queue, sur lequel un musicien jouait des morceaux calmes et entêtants. C’était là qu’ils avaient été placés, la première fois, trop près de l’instrument pour pouvoir tenir une vraie conversation, mais ils avaient apprécié les mélodies.



oh but that one night
was more than just right, i didn't leave you cause i was all through. oh i was overwhelmed, and frankly scared as hell, because i really fell for you. now here you are again so let's skip the 'how you been' and get down to the 'more than friends' at last.

Revenir en haut Aller en bas

Coffee Cup
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Coffee Cup
Potins : 61
Atterrissage le : 18/01/2015


MessageSujet: Re: crack in our fondations ☾ india.   Mar 20 Jan - 14:50




☾ my fingertips are holding on to the cracks in our fondations
and i know that i should let go, but i can't


Miroir oh mon beau miroir dis moi si je lui plairai ce soir.

India se livrait à un véritable combat intérieur face à son miroir en pied. C'était peut être niais mais elle voulait se faire belle pour son petit ami. Elle avait mis une jolie robe qui soulignait sa taille délicate et dévoilait ses jambes fines. Bon, en plein mois de janvier il fallait oser mais elle avait son manteau long pour lui tenir chaud un minimum. Elle avait maquillé ses yeux sombres accentuant encore un peu plus ses longs cils. Elle avait passé bien cinq bonnes minutes devant son miroir se demandant si elle devait relever ses boucles brunes ou les laisser tomber librement sur ses épaules. Elle finit par opter pour la deuxième option avant de se regarder des pieds à la tête en se posant encore et toujours cette même question existentielle. Est-ce qu'elle allait lui plaire? Depuis le premier jour de leur histoire India prenait particulièrement à cœur le regard que portait Isaac sur elle. Elle voulait se voir belle dans ses yeux, voir sur son visage qu'elle lui plaisait encore plus qu'au premier jour. C'était peut être cette désagréable impression de pouvoir le perdre à tous moments qui la poussait à vouloir le séduire à nouveau jour après jour. Car oui même s'il n'était pas parfait, même s'il n'était pas le petit ami modèle dont toutes les filles rêvent, même s'il pouvait être exaspérant parfois elle l'aimait son Isaac.

Surtout de ses pensés elle jeta une coup d’œil alarmé à la montre qui ornait son poignet. Elle allait finir par être vraiment en retard. Mettant une dernière goutte de parfum à la naissance de ses cheveux elle attrapa son manteau et le reste de ses affaires avant de se mettre en route. Par chance le restaurant n'était pas bien loin. Elle se maudissait intérieurement de ne pas être à l'heure au premier rendez vous qu'elle avait avec Isaac depuis un moment, depuis les fêtes de fin d'année en fait. Mais elle avait absolument tenu à faire un saut chez elle après ses répétitions avant de le rejoindre. Elle était à la fois impatiente, excitée de passer enfin un peu de temps avec lui mais aussi un peu nerveuse ses doutes venant à nouveau hanter son esprit. La jeune ballerine avait toujours au grand amour, le vrai, l'unique, celui qui vous parait comme une évidence, qui vous fait vous demander comment vous avez pu vivre sans lui. Elle avait toujours rêvé de vivre une relation semblable, comme celle qu'avaient vécu ses parent. Mais elle n'était pas dupe, son histoire avec Isaac n'avait rien de comparable. On pouvez même dire qu'ils avaient une notion assez particulière du mot couple. Ils s'aimaient et ils se détestaient. Ils se blottissaient l'un contre l'autre puis ils se déchiraient. Ils ne pouvaient pas vivre l'un sans l'autre et le jour d'après ils ne pouvaient plus se supporter. Ils avaient eux même parfois du mal à s'y retrouver. Pourtant ils finissaient toujours par revenir vers l'autre le regard triste. Il suffisait d'une étreinte, d'un mot d'excuse doucement murmurer pour qu'ils se pardonnent tout. India ne comprenait pas pourquoi le designer avait un tel effet sur elle, peut être était elle réellement amoureuse de lui tout simplement.

Elle arriva enfin au Chestnuts avec seulement quelques minutes de retard, un vrai miracle. Elle poussa la porte et apprécia la douce chaleur qui vient caresser son visage. Elle ne put s'empêcher de sourire rêveusement en repensant à la dernière fois qu'elle était venu avec Isaac. Ils avaient passé une soirée magnifique, un très bon moment qui emplissait encore son cœur de tendresse lorsqu'elle y repensait. Elle balaya la pièce du regard cherchant le visage de son petit ami mais un serveur vint l'aborder interrompant ses recherches pour la débarrasser de son manteau. Elle lui sourit gentiment en le remerciant. Elle tourna alors la tête et elle le vit enfin, ce sourire absolument craquant sur le visage.. Seigneur voilà que son cœur s'emballa encore une fois. Elle réagissait comme une enfant devant le prince charmant, c'était niais et ridicule mais elle n'y pouvait rien.

Un grand sourire se dessina sur ses lèvres alors que des étoiles naquirent dans ses yeux et elle oublia tous les doutes qu'elle avait quelques minutes plus tôt. Il posa une main sur sa taille et la ramena contre lui pour l'embrasser. India ferma les yeux en posant les mains sur sur son torse en posant les lèvres contre les siennes avec une infinie douceur. Elle resta ainsi seulement une seconde ou deux de plus qu'une simple baiser pour se dire bonjour, juste pour lui faire comprendre qu'il lui avait manqué. La jeune femme n'était pas vraiment douée pour exprimer ce qu'elle ressentait avec des mots alors elle laissait ces petits gestes le faire pour elle. Lorsqu'ils reprirent un peu de distance elle en profita pour l'observer. Il avait fait un effort tout particulier ce soir, préférant une chemise et une veste à ses habituels pulls en mailles. Elle adorait ses pulls, enfin surtout se faufiler dessous en quête d'un peu de chaleur mais elle devait bien lui avouer qu'il était très séduisant comme ça. Alors qu'ils s'installaient il dit alors trois mots qui suffirent à lui réchauffer un peu plus le cœur. Le sourire toujours aux lèvres elle effleura sa main du bout des doigts "Merci, tu es vraiment pas mal non plus, ça te va très bien. Même si j'adore tes pulls tu le sais." Elle sourit malicieusement avant de l'écouter de nouveau lorsqu'il lui proposa de s'installer autre part. Elle secoua doucement la tête "Ici c'est parfait. J'adore leur pianiste mais je suis contente d'être là avec toi et je préfère discuter tranquillement surtout qu'on a plein de chose à se raconter je pense." C'était vrai qu'ils n'avaient pas eu l’occasion de se retrouver rien que tous les deux depuis un moment, elle voulait rattraper le temps perdu. "Alors comment tu vas? Tu m'as manqué tu sais?" Elle se mordit doucement la lèvre en disant ça, c'était vrai, il lui avait vraiment manqué.



It's gonna be alright
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Petit Nouveau
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Petit Nouveau
Potins : 528
Atterrissage le : 02/01/2015


MessageSujet: Re: crack in our fondations ☾ india.   Jeu 22 Jan - 12:49




☾ my fingertips are holding on to the cracks in our fondations
and i know that i should let go, but i can't



Elle s’assit, lui sourit, et il eut une soudaine envie de se mettre des baffes à lui-même. Pourquoi il n’était pas foutu d’être à sa hauteur, d’être l’amoureux héroïque et dévoué qu’il s’était toujours imaginé être en grandissant, qui irait décrocher la lune pour lui plaire ? Au lieu de passer son temps à les décevoir tous les deux, car ses capacités à prendre des responsabilités étaient tragiquement limitées. Il savait pourquoi il avait tendance à mettre de la distance entre eux, sans l’avoir vraiment réfléchi : car il détestait ce sentiment. De faire perdre son temps à India, et sa grande insatisfaction par rapport à lui-même. Ca faisait presque un an qu’ils étaient ensemble, à tout point de vue on pouvait considérer que c’était sa première vraie relation, et elle avait fini par l’accepter tel qu’il était, lui, ses défauts, son inconstance, et ses pulls. "Même si j'adore tes pulls tu le sais." Il ne put s’empêcher de sourire. Non, il ne le savait pas – du moins il ne s’était jamais posé la question – mais ce genre de remarques ne manquaient jamais de lui transpercer le cœur, mélange doux-amer de tendresse et d’incertitude. Quand elle lui disait des choses pareilles, et qu’ils se rendaient compte de leur degré d’implication dans la vie de l’autre, ça lui faisait un coup. Il lui semblait avoir toujours cherché ce genre de connexion, et que maintenant, il le redoutait. "surtout qu'on a plein de chose à se raconter je pense." Continua-t-elle avec son sourire espiègle, et Isaac hocha la tête doucement, son cerveau s’emballant. Elle, sans nul doute, avait des aventures à partager, au milieu de cette vie incroyable qu’elle vivait. Le Cygne blanc qu’il lui arrivait souvent de croiser sur les affiches des abribus. La danseuse à la vie qui ne s’arrêtait jamais. Tandis que lui traînait ses croquis et ses cheveux ébouriffés du canapé d’Annie, qui vivait de l’autre côté du palier, au Polly’s tearoom, en passant par les épisodiques rencontres au pub ou à la pizzeria arrangées au détour d’un texto avec les potes dont il avait envie de voir la bouille. Rien de bien transcendant, il s’en rendait compte, mais il n’avait jamais aspiré à mieux. Il était heureux, autant qu’il se savait pouvoir l’être, dans son job plaisant, son appartement pas gigantesque mais au loyer raisonnable, ses habitudes parfois immatures. Alors qu’India avait une toute autre vision de sa vie, l’ambitieuse aux longues jambes, qui amortissait ses chaussons de danse sur les scènes les plus prestigieuses. Il avait toujours pensé qu’ensemble, ils respectaient un équilibre tacite et naturel. Elle avait sans doute des choses à raconter pour deux, du moins il espérait s’en sortir ainsi. "Alors comment tu vas? Tu m'as manqué tu sais?" Il sourit, de ce sourire particulier qu’il savait qu’elle aimait, car ce besoin de lui plaire était intact, depuis le premier jour, quand leurs regards s’étaient croisés à travers la pièce et qu’il avait du penser à reprendre sa respiration. Elle représentait la beauté comme il l’avait toujours imaginée, de la peau lisse aux lèvres rougies, et il n’avait pas désiré faire l’effort d’arrêter de la regarder. Plusieurs mois plus tard, assis à cette table, le phénomène n’avait pas bougé.

"Toi aussi, tu m’as manqué." Il n’était pas entièrement certain qu’il le sache, mais il était sincère. Il s’ennuyait d’elle, quand elle n’était pas là. Mais le sentiment palpable de culpabilité quand ils étaient ensemble était loin d’être enviable. Merde à la fin, n’était-ce pas supposé être simple ? Le serveur qui avait débarrassé India de son manteau – et qui paraissait en pamoison devant elle, vu la façon dont, même lorsqu’il s’adressait à Isaac, il ne regardait qu’elle, mais il avait fini par s’habituer, du moins un petit peu – vint prendre leur commande de boissons et leur donner le menu. Isaac commanda une bouteille de vin, car ça paraissait comme l’endroit habituel pour jouer les connaisseurs. Une fois le garçon parti, après un long regard derrière son épaule en direction d’Indy – il pouvait quand même essayer d’être un peu plus discret – Isaac sortit de la poche de sa veste un petit paquet recouvert de papier bleu, et le poussa le long de la table vers India. "Il m’a fait penser à toi…" Expliqua-t-il, essayant de son mieux de cacher son léger malaise, en haussant les épaules. Il avait voulu marquer le coup, lui faire comprendre qu’elle était importante avec les gestes plutôt que les mots, avec lesquels il n’avait jamais été bien doué. Annie lui avait conseillé de lui acheter un bijou, et il y avait songé pendant un moment, avant de se rendre compte que c’était trop impersonnel, pas assez lui, et qu’elle s’en apercevrait à tous les coups. A la place, il avait trouvé chez un petit libraire d’Alloway, une édition ancienne et ornementée du récit des Mille et Une nuits, et il savait comme elle aimait ces contes, qui témoignaient de son métissage et la faisaient rêver.






oh but that one night
was more than just right, i didn't leave you cause i was all through. oh i was overwhelmed, and frankly scared as hell, because i really fell for you. now here you are again so let's skip the 'how you been' and get down to the 'more than friends' at last.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: crack in our fondations ☾ india.   

Revenir en haut Aller en bas
 

crack in our fondations ☾ india.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Undernews] Crack no-cd : Call of Duty Black Ops 2 déjà piraté, attention aux malwares !
» F1 2014 : Force India a dévoilé sa nouvelle monoplace la VJM07
» [Fermé] Virus
» Plantages RRTC 5.8 F1 !!!
» Les dangers des cracks, keygens en vidéo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
always gold :: ayr city :: alloway :: the chestnuts-